Home » Après avoir rejeté le blé français, l’Algérie augmente ses importations de blé russe

Après avoir rejeté le blé français, l’Algérie augmente ses importations de blé russe

blé français

L’Autorité russe de contrôle agricole « Rospotrip Nadzor » a révélé que des entreprises russes s’efforçaient d’augmenter les exportations de blé de la Russie vers l’Algérie.

En juin dernier, l’Algérie a repris ses importations de blé de Russie en ramenant une cargaison de 28 000 tonnes, après une pause de près de cinq ans.

L’autorité a indiqué, dans un communiqué, que l’Algérie a le potentiel d’importer 7 millions de tonnes de blé par an.

Dans la déclaration, qui a été rapportée par « Russia Today », l’autorité a indiqué qu’une cargaison de blé pesant plus de 30 000 tonnes a été envoyée en Algérie depuis le port de Taman (un port sur la mer Noire).

Igor Bavinsky, chef du centre d’analyse « Rusagrotrans », a déclaré lundi que les approvisionnements en blé russe vers l’Algérie se poursuivaient toujours.

La Russie est l’un des plus gros exportateurs de blé au monde et s’efforce d’entrer sur le marché algérien et de concurrencer la France et l’ Allemagne, les deux principaux fournisseurs de l’Algérie.

Blé français refusé

En juin 2021, l’Algérie a refusé un envoi de 27.000 tonnes de blé français après que deux animaux morts ont été retrouvés à l’intérieur.

Les autorités algériennes ont demandé une indemnisation pour l’envoi, qui a été décidé de retourner en France.

Et le site Arab Post a récemment révélé que l’Algérie s’apprêtait à porter un coup douloureux à l’économie française, lié à la suppression progressive du blé français au profit du blé russe.

Le site Internet, citant des sources, a déclaré que l’Algérie mettrait fin aux contrats de certaines entreprises françaises, annulerait les accords économiques et réduirait les relations avec les bureaux d’études français.

Il y a quelques jours, le ministre de l’Agriculture, Abdel Hamid Hamdani, a révélé qu’au cours de cette année des travaux seront menés pour réduire les importations de blé.

Selon le ministre , la décision intervient en application des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné que cette année soit une année difficile pour le ministère de l’Agriculture, notamment en ce qui concerne la division des céréales.

Sending
User Review
5 (1 vote)